Évaluer cet élément
(0 Votes)

Compte rendu montagne ski de rando Sortie du : 24 & 25 février 2018 : plateau du Saugué et Soum de Lascours

Lieu :
Lourdes : vallée des Gaves

Organisateur :
Christian Sévérac/ Cédric Delpuech

Participants : 9
Sarah Alibert, Christine Vauthier, Hélène Cance,
Cédric Delpuech, Victor Delpuech, Stéphane Lebihan, Christophe Vauthier, Thibaud Chabert, Christian Sévérac
+ 2 toulousains en vadrouille : Fabrice et Ilies.


Un week-end exceptionnel à plusieurs titre

: D’abord, c’est la première fois de la saison qu’il y a 2 jours de beau temps consécutifs, du grand bleu les 2 jours, et de plus nous avons bénéficié de conditions d’enneigement fabuleuses avec plus de 1 mètre de neige fraîche au-dessus de 2000m. . Faut dire que les Pyrénées étaient en risque 4/5 jusqu’au mercredi.
Le risque est descendu à 3, mais les gros cumuls nous ont incités à la prudence.
Vendredi:
Ça discute ou ça dort très fort dans la voiture, c’est comme ça qu’on roule ½ heure de plus en allant faire un tour à Pau !! Félicitations au chauffeur…..
Hélène et moi étant à la grange depuis 2 jours, nous avons fait un tour au Bergons pour voir un peu les conditions : beaucoup de neige au-dessus de 2000m, moins entre 1500 et 2000 et pas de sous-couche sous les 1500, on racle l’herbe.
Samedi :
Vu les conditions de neige et qu’on doit passer à Argelès pour la location, nous optons pour partir au Porteillou par le plateau du Saugué pour plein de raisons :
- On évite les versants sud qui sont très chargés et vont chauffer au soleil.
- Vu qu’on part tard, l’accès est facile et on chausse direct à la voiture à 1300m.
- C’est la reprise pour certains, c’est mieux de commencer tranquille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le départ (1300m) est tranquille sur la route, on arrive rapidement à la longue portion horizontale
qui nous amène au pont de Saugué (1528m)
La trace est faite et on n’est pas seuls ; vu les risques d’avalanche, ce n’est pas étonnant de retrouver tout ce monde au même endroit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernières conversions sous le Porteillou.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le fils le premier au col………………….. et le père le premier à la bouffe !!

On s’élève rapidement en suivant le relief ; au pied du Porteillou (2238m) la pente se relève et on attaque les conversions avec plus ou moins de bonheur !. On bascule de l’autre côté pour pique-niquer au soleil et en terrasse avec vue sur tout le massif de Gavarnie.
Une fois le ventre plein, on retourne au col pour se hisser du mieux possible sur le petit sommet (2277m) qui domine le Porteillou.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup de plaisir dans la descente avec de la poudreuse plus ou moins légère jusqu’au pont de Saugué. Quelques « sondages » avec la tête……., mais il y a de l’épaisseur et ça fait pas mal !!
Quelques sauts pour les plus jeunes et quelques vieux….. Attention, on n’est pas en station…
Retour aux voitures, puis à la grange où on retrouve Fabrice et Ilies qui ont fait la brèche de Badescure vers le Grand Barbat.
On attaque avec énergie la phase de réhydratation avant de déguster un délicieux Rougail saucisse aveyronnais façon Cédric (Aurait-il pompé la recette à Anne ??)


Dimanche :


Après débat et toujours pour éviter les versants sud, on prend la décision de partir à Hautacam pour gravir le Soum de Lascours par le lac d’Isaby et la grande Estibère.
Fabrice et Ilies (qui doit remonter à Nantes en voiture…) ont pris de l’avance ; On les croisera au pied des dernières pentes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Soum de Lascours
Traversée jusqu’au lac
Départ du col de Tramassel (1615m), on chausse dès les voitures. Arrivée sur la crête (1700m), c’est toujours le même problème pour le lac d’Isaby, soit on descend au ruisseau pour remonter jusqu’au lac, soit on fait une longue traversée descendante. On jette un coup d’oeil sur les traces de descente : 2 virages et un trou !! Et ainsi de suite. La neige est croutée ; On garde les peaux et on file en traversée vers le lac (1558m) ; Il y a beaucoup de neige, mais comme elle est tombée sur un sol chaud ou sans sous-couche, aucun ruisseau n’est comblé et on est souvent obligé de déchausser pour les traverser. Il y a même un chef qui met un pied dans l’eau !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


On contourne le lac par la rive gauche et on attaque les premières pentes. Les soeurs « Cance » nous font une démonstration de traversée de ruisseau avec lancer de ski.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les soeurs « Cance » : étape 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les soeurs « Cance » : étape 2

 

 

 

 

 

 

 

 


Etape 3 : Les soeurs et le ski volant!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Victor, le benjamin de l’équipe avec, derrière lui, le lac et la station tout au fond.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Papa, c’est là-haut qu’on va ??

 

 

 

La cabane de la grande Estibère est complètement recouverte. La grosse pente qui suit est à l’ombre et on est nombreux à avoir froid. Les écarts se creusent un peu ; On croise Fabrice et Ilies à leur descente, quelques conversions sur une belle croupe qui sépare la face nord d’une belle combe qui nous mène à une dernière pente bien raide. On se regroupe tous avant d’attaquer la dernière bosse qui nous mène au sommet.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La sortie est très aérienne. On se retrouve tous au sommet du Soum de Lascours (2485m).
Le premier ressaut de la descente est assez raide et impressionnant, mais la poudreuse est au rendez-vous. La descente est un vrai régal et tout le monde « s’éclate » à tous les sens du terme !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la poudreuse et parfois…………………………….. dans la poudreuse !!
Les petits jeunes font un concours de saut pendant que les grands commencent à avoir faim !!
Dernière descente sur le lac, on traverse en amont pour faire la pause pique-nique au soleil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Puis c’est l’interminable remontée vers la station.
Les Vauthiers sont à la peine : Christine a des ampoules d’anthologie qui tiennent toute la cheville (aux 2 pieds !!) Quant à Christophe, qui a du se gaver la veille de Rougail Saucisse, il est bien malade et refait tout le balisage depuis le lac…
On est tous content de se retrouver au parking et d’avoir passé un week-end dans ces conditions.
Conclusion : Quand il fait beau et qu’il y a de la neige, c’est vachement mieux !!

Lu 176 fois Dernière modification le dimanche, 08 avril 2018 19:03

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Joomla Templates - by Joomlage.com