Évaluer cet élément
(3 Votes)

Aven du Pic d'Usclat N°3 et aven de Banicous, causse Méjean, 8 et 9 juin 2013.



     Nous avions prévu de visiter l'aven du Pic d'Usclat N°7 (-268). Mais voilà ; arrivés à notre parking non loin de la ferme du Deïdou, vers midi, des trombes d'eau s'abattent sur nous. Chacun mange dans son véhicule, les chanceux dans le fourgon... Anne, Patrick, Léo, Serge, Anthony et moi-même sont de la partie. Guitou et Julie sont là aussi mais déclarent forfait et s'en vont dans l'espoir de trouver des contrées plus ensoleillées. Nous hésitons puis profitons d'une accalmie pour nous changer. entréeNous partons vite vers le trou, sans carte, sans situation de l'entrée. J'en était resté à une indication d'autrui, vague et ancienne. Et je n'ai rien vérifié. Nous remontons le ravin vers le sommet du Pic d'Usclat. François arrivé plus tard nous retrouve dans la tourmente. La pluie nous fouette, nous trempe jusqu'aux os, et le vent froid commence à nous transir. Après deux cavités qui ne sont pas les bonnes nous décidons d'aller jusqu'à l'aven du Pic d'Usclat N°3 (-140)... 

Pour lire la suite, cliquez sur « en savoir plus ».

Nous avons bien entendu suffisamment de cordes ! Nous entamons la descente. J'équipe et grâce à cela je suis sans doute le seul à ne pas claquer des dents. Le courant d'air aspirant est très fort jusqu'à -20 m (étroiture). Léo, serge et moi-même allons quasiment jusqu'au fond. L'air aspirant ne semble plus présent... Anthony a entamé un point chaud ! Conditions exécrables ! Patrick, lui, a préféré rentré à « sweet home » avant même de descendre... étroitureOn se dit qu'il a eu raison. Nous ressortons dans le brouillard, le vent et la pluie et dévalons au plus vite la pente de l'Usclat vers les véhicules. C'était vraiment le jour à aller là haut ! Il ne manquait plus que la neige !

Nous ne sommes pas battus pour autant. Nous nous rendons au bivouac des Costecalde non sans avoir récupéré Philippe (SC Capdenac) qui nous a rejoint. La tente parapluie de 3 m X 3m est la bienvenue et nous entamons un apéro bien à l'abri. C'est le réconfort ! Les plus optimistes tentent de faire des grillades... Les malheureux ! François redescend sur Millau et nous ne sommes plus que six pour finir la soirée.bivouac

Nous tentons de faire sécher les « sous combardes »... Utopie !

 

La nuit le temps ne change guère : pluie, orage et pluie.

 

Le lendemain dimanche... Il pleut. Bernard, Karine, Christine et Jonathan ont rendez-vous avec nous à Gros Garnon. Serge et moi nous y rendons pour les récupérer. Après avoir raconté notre super journée nous décidons d'aller faire un tour à Banicous jusqu'à -150.réconfort

 

 

 

Nous nous changeons sous la pluie et l'équipe de la veille est déjà trempée jusqu'aux os avant même de descendre dans la cavité. François quant à lui nous rejoint à l'entrée du trou pour nous accompagner. Son plus gros trou pour lui, qui est quasi débutant.P17 Heureusement la visite se passe sans embûche. Mais jamais je ne me suis autant « pelé » du début à la fin... Et je crois ne pas être le seul ! Spéléo « maso » ? Un peu sans doute !

Mais que faire d'autre que d'aller sous terre avec un temps pareil ?

 

 

Caillou

Lu 22627 fois Dernière modification le vendredi, 28 juin 2013 12:52

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Joomla Templates - by Joomlage.com