Évaluer cet élément
(1 Vote)

Aven des Cabanelles ou de Drigas, causse Méjean, samedi 13 et dimanche 14 avril 2013.


8h30 : départ de Millau pour Anne et Caillou qui se sont proposés pour équiper l’aven jusqu’à -120. 6 kits à deux, pas de problème pour nos spécialistes.

10h30 : nous nous retrouvons au local comme convenu pour co - voiturer jusqu’à Drigas. Sont présents Patrick L., Jean-Luc (Gringo), Christine, Bernard, Karine, Alain, Théo, Léo, Sébastien, Benjamin et Marion, et Sylvie (moi-même). Il est bientôt midi lorsque nous arrivons sur le parking des Cabanelles et nous pique niquons au soleil. Après nous être restaurés, l’équipement nous prend un peu de temps et François nous rejoins, il arrive directement d’Irlande, le soleil lui fait mal aux yeux, heureusement qu’il va sous terre, il retrouvera ses marques avec l’humidité ambiante.Entrée des Cabanelles

13h30 nous commençons à descendre les échelles métalliques qui nous mènent jusqu’à la buse du puits d’entrée. Là aussi, nous mettons un peu de temps car il faut que les « anciens » prennent soin de surveiller les « jeunes ». Après la buse, nous atterrissons sur un IPN qui amène sur une vire glissante avant de descendre le premier petit puits. La descente s’accélère car... (suite de l'article en cliquant sur "en savoir plus")

 

les gestes reviennent vite en mémoire et nos jeunes sont motivés. Les puits s’enchaînent, ils sont bien travaillés par l’eau, la roche est de belle consistance et l’équipement est parfaitement mis en place par le duo matinal. En bas des puits, nous rejoignons Caillou et Anne qui nous passe le relais. Bernard, Karine, Patrick et moi-même continuons à descendre dans le but d’équiper jusqu’à -300. Encore quelques puits, un éboulis, et nous arrivons dans une belle salle d’effondrement avec un miroir de faille qu’il faut passer. L’entrée est assez basse et Patrick décide d’abandonner et de rejoindre les autres à la remontée. Bernard s’étant avancé, Karine et moi nous faufilons dans le passage bas qui débouche sur une escalade en haut de laquelle le kit n°4 nous montre le chemin emprunté par Bernard. cabanellesboueNous le retrouvons au moment où la cavité devient humide et boueuse et équiper devient moins drôle. La progression continue, nous nous enfournons dans un tunnel qu’il faut prendre les pieds devant car il débouche sur un P 10, avant de descendre une suite de trois puits d'une dizaine de mètres. La cavité devient de plus en plus arrosée et nous sommes trempées comme des rats ! Encore un puits de 6 m, un laminoir et nous arrivons sur un méandre, d’abord sympathique, puis, de plus en plus serré voire même étriqué. Bernard se faufile comme il peut, mais la motivation n’y est pas et il revient vite et nous décidons de remonter tranquillement.

La remontée est très agréable et nous pouvons admirer le creusement des puits et les départs labyrinthiques, tout à loisir. Nous sortons à 20h20, le soleil est encore présent et le causse bien calme est un régal.

Sylvie

 

Toute l'équipe se retrouve le soir au gîte de l'Adrech, à Drigas où Patrick G. nous a rejoint. Les discussions vont bon train et l'ambiance nous amène à la position horizontale qu'à une heure tardive alors qu'une partie de la troupe redescend sur Millau.gitecabanelles

Le lendemain dimanche une nouvelle équipe, Anne, Jean-Luc, Patrick G. et moi-même (Caillou), partons gaiement pour le fond. Nous arrivons rapidement sans problèmes jusqu'aux deux étroitures du « Malheur des Gros », point de retour des équipiers de la veille, vers -180 m environ. Malheureusement l'étroiture provoque une crise de maux de têtes aigus à notre pauvre Patrick, qui doit renoncer, malgré toute sa volonté et sa motivation. Jean-Luc se propose de l'accompagner vers la surface. Privée de deux équipiers, continuer vers le fond ne semble que peu réaliste et quoiqu'il en soit nous préférons rester solidaires. Nous pourrons toujours revenir, Cabanelles ne bougera pas !

Alors que nous avons à peine entamé la remontée Michel nous rejoint et prête ainsi main forte pour le transport des 6 kits d'équipement. Nous rejoignons la sortie assez tôt, où nous attend toujours Sylvie, et finissons par une balade vers l'aven des Aouglanets, sous un magnifique soleil.

Caillou

Photos : Sylvie.

Voir la vidéo du déséquipement.

Lu 2500 fois Dernière modification le samedi, 20 avril 2013 13:47

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Joomla Templates - by Joomlage.com