Évaluer cet élément
(0 Votes)

Compte rendu montagne ALPINA : WE ski de rando
17/18 février 2018   Porte-Puymorens


Organisateurs :    Nicolas BOSC
Participants :    11 participants :
Aurélie Sancet
Stéphanie Boyer
Hélène Cance
Sarah Alibert
Pascal Bonnefous    Hélian Soulier
Christian Severac
Loran Nicolardot
Thibaud Chabert
Jicé Arnaud
Nicolas  Bosc

    

Lors de l’élaboration du calendrier, j’avais décidé de poursuivre ma série « Pyrénées orientales » pour la troisième année. Cette fois, j’ai choisi d’aller à Porte-Puymorens. C’est à la limite entre les PO et l’Ariège, et je ne connaissais pas ce coin des Pyrénées. La première mission a été de trouver un gite dans le village.

Il ne restait plus qu’à croiser les doigts pour avoir une bonne météo et étudier cartes et topos du coin.

Depuis le début de cette saison, la neige ne manque pas mais il n’y a pas eu un WE au calendrier avec 2 journées de beau temps, et bien rebelote. La météo du Samedi s’annonçait neigeuse voire pluvieuse, mais celle du Dimanche semblait correcte. J’ai maintenu la sortie malgré tout.

Nous avions en « Guest Star » 3 filles en supplément (Fabienne, Sylvie et Gaëlle) venues tester l’ambiance « montagne », mais qu’à partir de l’apéro. Avant celui-ci, le programme serait ski de piste.

Arrivés sur place vers 22h, et pour bien se mettre dans l’ambiance, nous avons dû déneiger l’accès au gite. On ne peut pas dire que la propriétaire ai été très attentionnée…Pour la petite histoire, c’est un gite pour 12, mais l’espace repas ne permet d’y manger qu’à 5 à la fois … Donc première à l’Alpina, c’est au resto que nous avons mangé le samedi soir. Adresse de gite à ne pas retenir !!!

Programme du Samedi : La météo étant prévue mauvaise, j’ai décidé de faire une course depuis le col de Porté-Puymorens (1920m), en direction du col de la « Portella de la Coma d’en Garcia », puis du sommet «Tossa Rodona » (2601m). A cause du fort redoux et des chutes de neiges importantes dans les jours précédents, il fallait rester sur des pentes faibles et peu exposées. Comme il devait pleuvoir le matin, l’heure de réveil a été un peu repoussée … Au réveil, le ciel est plutôt dégagé. Après un petit déj à tour de rôle…, nous avons mis pas mal de temps à décoller. Au col, l’ambiance est neigeuse, avec un peu de brouillard. Ouf, nous avons évité la pluie.
Les peaux d’Aurélie ne collent pas du tout, donc le rouleau de scotch et les sangles sont de sorties.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous voilà enfin sur les skis, dans une ambiance « montagne avec une mauvaise visibilité». La pente est régulière et l’itinéraire évident (ça tombe bien).

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe fait un peu l’élastique, mais Christian fait le serre file et règle les problèmes de « bottage » nombreux. La bougie et le fart sont de sortie…


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

La sortie au col se fait sans difficulté. De là et après avoir mis les couteaux, nous sommes partis vers le sommet finalement assez proche, au radar, en suivant la crête. Le sommet est atteint par tout le monde. On n’a pas trainé car le point de vue se limitait à 10m.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La redescente jusqu’au col  est faite prudemment car il ne s’agit pas de faire le grand saut  sur cette crête cornichée. La suite  de la descente est un plaisir, même si la visibilité n’est pas très bonne. La neige porte bien et la surface est saupoudrée.
Nous décidons de pique-niquer à la faveur d’une petite éclaircie au pied d’une large coulée d’avalanche. C’est l’occasion après le repas de faire un exercice arva en condition réelle. Très vite, tout le monde s’aperçoit de la difficulté à se déplacer dans les blocs de neige et dans la pente. Cet exercice a été très instructif pour tous les participants.  La seule victime a été la boite Tupperware de Loran qui protégeait un arva sous la neige. Elle  n’a pas résisté aux coups de sonde.


De retour au col, toute la troupe (sauf les chauffeurs) est descendue jusqu’au village (1673m) à ski, histoire de prolonger la descente. Finalement, la journée est plus que sauvée. Environ +700m positifs et – 1000m  

Les skieuses de piste ont également passé une bonne journée. Le « Start » de l’apéro est donné de bonne heure par Christian dans la bonne humeur, mais un peu serré comme des sardines.  
 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

La soirée s’est poursuivie au resto à Porta (l’auberge du Campcardos). Excellent, que du fait maison, nous nous sommes régalés : Adresse à retenir.

Programme du Dimanche : La météo s’annonçant ensoleillée, avec un fort regel (-12°C), la course envisagée est beaucoup plus ambitieuse : Le Puig de Campcardos (2897m) au départ de Porta (1511m) soit env +1400m de dénivelé, avec une approche plutôt longue.

Ça caille sur le parking glacé. Nous avons oublié 3 ou 4 piolets et ils seront indispensables car il y a 400m de couloir à gravir. Pascal est parti les récupérer au gite d’un coup de voiture.

Nous remontons la Coma de Campcardos sur un chemin enneigé jusqu’à une Cabane coté à 1962m.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Cette approche est assez longue. Nous faisons une courte pose à la cabane avant d’attaquer le plat de résistance. Stéphanie qui a attrapé des ampoules énormes hésite à poursuivre, mais finalement se décide en prenant sur elle.

Nous traversons le ruisseau sur un pont de neige (personne n’a pris de bain).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



La pente se redresse, les conversions se multiplient jusqu’à environ 2300m  au pied du couloir, ou nous décidons de mettre les crampons. Nous brassons pas mal car la neige manque parfois de consistance. C’est assez surprenant car le regel était fort dans la vallée. Nous avons 2 locomotives (Thibaud et Hélian) qui font la trace.
Ce couloir n’est pas très raide, mais il est long (environ 400m de deniv +) avec des passages mixtes et même une courte arête de neige de 50cm de large sur 10m de long avec du gaz des 2 cotés sur la fin.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout le monde suit. Aurélie, Sarah et Stéphanie pour qui c’est une première expérience  assurent.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous finissons par déboucher à la sortie du couloir (point IGN 2709m) sur le large plateau de « Planella de Campcardos ». Le vent souffle très fort et par ce froid, certains attrapent l’onglet. Nous repassons en mode skis+peaux en direction du sommet du Puig de Campcardos (2897m), qui reste très loin sur ce plateau quasi plat.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je décide de faire demi-tour vers 2800 m car nous sommes en retard (14H), fatigués et affamés (trop de vent pour faire la pause). Le plan initial était de descendre par un autre couloir que celui de la montée, également orienté plein nord, mais la qualité de la neige pendant l’ascension ne m’a pas inspirée.


Le plan B consistait à redescendre la crête du plateau plein Est puis de basculer entre les points IGN (2385m et 2382m) en direction du Nord, vers le vallon de la Coma de Campcardos.
La neige sur le plateau est extrêmement soufflée et il y a pas mal de cailloux. En choisissant bien notre itinéraire, et les zones de bonne neige, ce passage a été finalement assez ludique.  
Nous basculons enfin vers la vallée pour encore 900m de descente. La neige très légèrement croutée sur le haut, est un peu difficile à skier, mais très rapidement elle devient excellente (façon moquette / neige de printemps). Tout le monde se lâche. La pente est soutenue (30°) et régulière. Nous terminons dans les arbres parfaitement espacés pour permettre de magnifiques virages. Du pur plaisir …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons au ruisseau franchi à la monté. Nous traversons à gué sur des cailloux recouverts de neige. Stéphanie nous fait une magnifique figure à cette occasion, mais se rattrape sans terminer dans l’eau.… (Pascal filme la cascade…En rigolant). Il est 15h30, et nous faisons enfin la pause repas sur un talus surplombant le ruisseau. Aurélie sort son casse croute que nous voyons glisser vers le ruisseau. Après un sprint de 25m, elle le récupère dans l’eau, mais intact.
Quelques instants plus tard, c’est le casque d’Hélian qui glisse vers le ruisseau. Nouveau sprint, mais cette fois Hélian doit mettre une chaussure dans l’eau « fraiche » pour le récupérer. La fatigue est là …
Nous terminons la sortie en nous laissant glisser le long du chemin de l’aller jusqu’au voitures.

Une très belle sortie typée « ski-alpinisme », à 11 personnes. 1350m de dénivelé positif, dans des conditions assez difficiles. Plein de bons souvenirs, j’espère, surtout pour les « apprenties ».

Bilan : Super WE









Lu 173 fois Dernière modification le dimanche, 25 mars 2018 21:49

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Joomla Templates - by Joomlage.com